Nombreux sont les particuliers qui se demandent s’ils peuvent procéder à l’isolation de leurs combles eux-mêmes. Il est effectivement possible de le faire vous-même si vous êtes un bricoleur aguerri, l’essentiel étant d’avoir les bons gestes et de choisir les bons matériaux.

Isolation des combles : quel intérêt ?

Les travaux d’isolation des combles présentent de nombreux intérêts :

Améliorer le confort au quotidien

Des combles qui bénéficient d’une bonne isolation permettent de la limiter la montée en température de la maison pendant la saison chaude (avec une baisse de trois à quatre degrés Celsius en moyenne) tout en limitant les déperditions de chaleur en hiver. Cela permet aussi d’atténuer les bruits qui viennent de l’extérieur.

Faire des économies d’énergie

Le toit est la zone où l’on observe le plus de déperditions d’énergie dans toute la maison : 30% de la chaleur peut s’y échapper pendant l’hiver s’il est mal isolé. L’isolation des combles permet de réduire considérablement les factures de chauffage, avec des économies qui peuvent se chiffrer jusqu’à 450 euros par an en moyenne et des travaux rentabilisés en seulement cinq ou six ans.

isoler les combles

Augmenter la valeur du bien

L’isolation des combles est un moyen efficace de valorisation d’un logement, car si ce dernier est noté A, B ou C au niveau Diagnostic Performance Énergie (DPE), le propriétaire est en mesure de négocier une hausse du prix de vente ou de la location.

Guide pour réaliser les travaux soi-même

Pour procéder à l’isolation des combles, vous avez le choix entre plusieurs types de techniques, lesquelles dépendent du type de combles : aménageables ou perdus, ainsi que de leur accessibilité.

Quelles sont les différentes techniques d’isolation des combles ?

Ci-dessous les principaux types de techniques d’isolation des combles :

Technique par soufflage

L’isolant est un insufflé au moyen d’une machine installée à l’extérieur. Cette technique a l’avantage de faire bénéficier d’un excellent confort thermique en toute saison et la pose se fait très rapidement. Elle est recommandée si les combles sont difficiles d’accès.

Technique par épandage

Elle consiste à verser à la main l’isolant sous forme de flocons et de le répartir à l’aide d’un râteau. L’isolation par épandage est recommandée pour les petites surfaces en rénovation. La pose est simple, mais moins rapide que pour l’isolation par soufflage.

Technique par sarking

Cette technique par sarking consiste à plaquer l’isolant contre une planche de bois qui est placée entre la charpente et la couverture. Elle convient lorsque la toiture subit une rénovation complète ou encore pour les constructions neuves. La technique s’adapte à n’importe quelle pente de toiture et permet d’obtenir de bonnes performances thermiques et phoniques.

Technique par panneaux intérieurs

Pour appliquer cette technique, il faut effectuer une pose de couche de panneaux isolants entre chaque solive. Elle est adaptée à la construction et la rénovation et s’utilise surtout sur un plancher pourvu de solives. À moins d’avoir de très bonnes compétences en bricolage, cette technique de pose peut être assez délicate pour le non-professionnel.

Technique par rouleaux

Pour procéder à l’isolation des combles par rouleaux, il faut dérouler l’isolant sur le plancher. Elle est utilisée pour des combles faciles d’accès et s’il s’agit d’une toiture rénovée, il est souvent nécessaire de dérouler une seconde couche d’isolant.

Comment procéder pour les combles aménagés ?

Aussi appelés combles accessibles ou combles habitables, les combles aménagés nécessitent une technique particulière pour l’isolation. Il faut d’ailleurs savoir qu’ils peuvent être transformés en pièces à vivre si la place vient à manquer dans la maison. Ainsi, vous disposerez d’un dressing, d’une suite parentale ou encore d’une salle de jeux. L’isolation des combles aménagés peut se faire par plusieurs techniques selon la performance d’isolation désirée et la configuration de la charpente.

Ainsi, il est possible d’utiliser des techniques d’isolation par l’intérieur par le découpage de plaques souples ou semi-rigides d’isolant afin de les placer entre les chevrons de la charpente ou encore choisir l’isolation par l’extérieur avec la technique du sarking.

Comment choisir son isolant ?

Si vous avez choisi d’isoler vos combles vous-même sans passer par un professionnel, il vous faudra faire preuve d’adresse dans la manipulation de l’isolant. En effet, si par exemple vous avez choisi la laine de roche, vous aurez à manipuler une matière qui nécessite une combinaison et un masque. En général, il est conseillé de choisir les isolants en plaques rigides ou en rouleaux. Vous pouvez trouver sur le marché l’isolant Rockcomble Évolution qui est un matériau innovant apportant jusqu’à 50% de gain de temps à l’installation par rapport à une solution bicouche.

Où et comment acheter le matériau ?

Vous pouvez trouver de très nombreuses boutiques en ligne spécialisées dans les matériaux nécessaires pour l’isolation et y comparer les prix et même effectuer une estimation du budget à prévoir selon la surface à couvrir. Il faut notamment garder en tête que l’épaisseur de l’isolation doit être de vingt centimètres au minimum afin d’obtenir de meilleures performances thermiques. Le critère de prix est important pour sélectionner l’isolant, mais il faut également penser à la qualité, en privilégiant les produits bénéficiant d’un label CE ou ACERMI (Association pour la Certification des Matériaux Isolants).

isoler les combles soi-même

Comment placer l’isolant ?

Une fois que vous avez acheté l’isolant, il faut passer à l’étape de la pose, qui devrait prendre deux jours en moyenne pour une centaine de m². Lors du placement, n’oubliez pas de mettre en place l’isolant après la pose des conduits de cheminée et des fenêtres de toit. Il faut également prévoir le passage des différents câbles.

Combien coûtent les travaux d’isolation des combles ?

Le coût des travaux d’isolation des combles va varier en fonction de l’isolant choisi ainsi que de la surface totale des combles. Vous économiserez déjà sur les frais de pose si vous décidez de procéder aux travaux vous-même. En moyenne, cela coûtera entre 15 à 40 euros le m².

Laisser un commentaire